Présentation du topo

2017 : l’année de la réédition du topo escalade
à Saoû et ses environs

 

Un ouvrage en quadrichromie, totalement réactualisé, représente pour ma part plus d’une année de travail, à raison de plusieurs heures par semaines. En effet, la majorité des textes (contenu, présentation) ont été repris, de nouveaux écrits sont venus compléter l’existant afin d’informer au mieux le pratiquant. Tous les tableaux des itinéraires et les croquis des falaises ont été corrigés et complétés. De nouveaux secteurs équipés et/ou de nouvelles voies viennent grossir de manière significative, l’échantillon d’itinéraires, déjà fort important sur l’ensemble du massif, avec aujourd’hui plus de 850 longueurs de tous niveaux présentées.

Nous avons modélisé et redéssiné tous les croquis, y compris le Massif des Trois Becs et différencié les voies d’une longueur, des voies de plusieurs longueurs, sans oublier celles répertoriées en terrain d’aventure. Ce conséquent travail a été superbement réalisé par Laetitia Robaeys. Les photographies générales ont été immortalisées avec soins par le drone de Laurent Weise ainsi que l’objectif de Didier Nicolas et Maxime Odemard.
Les magnifiques images de faune, de flore et leurs légendes respectives, sont le fruit du travail de André Aubenas, mais aussi de Gilbert Sylvestre qui m’a confié des prises de vues exceptionnelles, dont lui seul a le secret. Les nombreuses photographies d’escalade, agrémentant le topo sont le résultat de toutes ces années de grimpe sur le site avec tous les copains, depuis 1982.

Un ouvrage tel que celui-ci représente un coût non négligeable pour notre structure. Nous sommes donc allés chercher quelques partenaires, qui en contre partie d’une insertion publicitaire, nous ont attribué un financement complémentaire. Pascale Nicolas nous a beaucoup aidé dans ces démarches, parfois fastidieuse.

Si je suis à l’origine et à la coordination de ce guide, vous vous doutez bien que je ne suis pas seul. C’est un véritable travail d’équipe. Merci à toutes et à tous, car la qualité de ce topo est à l’image de nos rapports constructifs et amicaux.

Jean-Marc Belle.

Topo : mode d'emploi et recommandations

Tracés et descriptions

Les croquis et les tracés ne respectent pas précisément les dimensions et les proportions des falaises et des voies. Certains détails ont été volontairement omis ou minimisés, d’autres ont été amplifiés. Vous devez être capable d’interpréter sur le terrain, un croquis du topo.

Cotations

Cotation d’ensemble des voies AD, D, TD, ED avec les subdivisions – et +

Pour l’escalade libre : système classique français 3, 4, 5, 6, 7, 8…avec fractions, a pour inférieure, b pour la cotation pleine et c pour la fraction supérieure.

Pour l’escalade artificielle : A0, A1, A2…A0 étant l’utilisation sans étriers des pitons, ou des goujons, ou des tiges de tendeurs comme prise de progression.

Difficulté- gradation

Les cotations sont établies suivant les normes françaises. Pour les voies dites sportives, de niveaux élevés, les cotations proposées, tiennent compte de tous les mousquetonnages. Si le grimpeur pré- mousquetonne, la cotation est alors à réévaluer.

La difficulté d’ensemble d’une voie dépend de la cotation des passages, ainsi que de la cotation obligatoire : ce qu’il reste à passer obligatoirement quand on a épuisé toutes les astuces et « les ficelles du métier » (crochets, étriers, coinceurs, cordelettes, etc…) sans rien ajouter à l’équipement en place.

Équipement des grimpeurs

Pour les voies d’une longueur et les « couennes »
Le matériel de base est : une corde à simple de 70 mètres, une corde de 80 mètres est conseillée, un baudrier, un descendeur, un jeu de 12 dégaines, un assureur auto freinant, un autobloquant, un casque (pour vous protéger des chutes de pierres ou des conséquences de votre propre chute)

Pour les voies de plus d’une longueur, les grandes voies et les voies en terrain d’aventure
Le matériel de base est : une corde double de 2 ×45 mètres minimum, 2×50 mètres est préférable en cas de rappels, ainsi que pour certaines voies, plus longues, au delà des 45 mètres, un baudrier, un descendeur, un jeu de 15 dégaines, un assureur auto freinant, des autobloquants, un casque (pour vous protéger des chutes de pierres ou des conséquences de votre propre chute), des jeux de coinceurs, des petites et grandes sangles, des étriers, un jeu de pitons dans le fond du sac.

Pour certaines voies longues, prendre un petit sac à dos, contenant une gourde d’eau, de la nourriture, une petite laine, une lampe frontale…cela peut être utile.

A noter et à ne pas oublier pour les utilisateurs de ce topo !

La pratique de l’escalade demande un apprentissage et comporte des risques pouvant entraîner la mort ou des blessures graves.

Sur les terrains de jeux que l’on vous propose de découvrir, vous êtes avant tout responsable de vous-même, mais aussi et également, des autres !

Malgré tout le soin apporté pour la réalisation de ce topo, nous ne pouvons garantir l’absence d’erreurs exceptionnelles et involontaires.

L’utilisation de ce guide se fait sous votre propre responsabilité. Les auteurs et les éditeurs ne peuvent en aucun cas être responsable d’un accident survenu sur un itinéraire décrit.